Temelio lève 2M€ auprès d'Entrepreneur Venture

11.01.2017

Le Français veut multiplier les partenariats avec les fournisseurs de data pour améliorer son taux d'onboarding et compte attaquer un ou deux marché européens rapidement.

Temelio, le spécialiste français du CRM onboarding, vient de réaliser une levée de 2 millions d'euros auprès du fonds Entrepreneur Ventures et de quelques business angels issus du monde de l'adtech. "Nous voulions passer à la vitesse supérieure sur ce sujet très stratégique qu'est la réconciliation des données online et offline, explique au JDN l'un des cofondateurs, Nicolas Blandel. Nous avons discuté avec une dizaine de fonds et Entrepreneur Ventures nous a semblé être celui qui comprenait le mieux notre business."

Lancé il y a six ans et jusque-là autofinancé (et donc rentable), Temelio propose aux annonceurs de digitaliser leurs données CRM offline (bases abonnés, programmes de fidélité…) et de les connecter en continu aux différentes plateformes de marketing digital DMPDSP, trading desks et autres technologies. En clair de convertir des adresses email ou postales en des identifiant digitaux de type cookie Web ou device ID pour le mobile.  Un décloisonnement entre online et offline des plus stratégiques pour les marques alors que le parcours du consommateur est devenu multi-canal, avec un client qui peut se renseigner online et acheter offline, ou inversement.

L'enjeu pour Temelio est désormais de muscler le pool de data, l'ID graph, sur lequel il s'appuie pour "retrouver" sur le Web les consommateurs physiques de ses clients. La plateforme qui revendique la capacité de matcher 30 millions d'emails et 70 millions de cookies actifs veut augmenter son reach. Pour cela, elle compte enrichir son offre avec de la data mobile, le "cross-device" étant "le nerf de la guerre", explique Nicolas Blandel. La force de sa solution est selon ce dernier de se concentrer sur de la data déterministe (par opposition à la data probabiliste qui est moins fiable) tout en respectant le droit à la vie privée des consommateurs. "Aucune donnée à caractère personnel n'est hébergée sur la plateforme car elles sont détruites avant d'être traitées", précise-t-il.

 

L'obligation d'améliorer le taux d'onboarding

"Nous voulons nous appuyer sur des informations fiables et scalables de type email, adresse postale ou encore numéro de téléphone." L'enjeu est de taille pour le groupe. Son taux d'onboarding oscille entre 40% pour ses clients qui ont des ventes essentiellement physiques et 70% pour ceux qui sont plus digitaux. Des taux de reconnaissance largement suffisants pour leur permettre de calculer la contribution du online vers le offline. Mais des taux de reconnaissance plus restrictifs pour faire de la personnalisation de navigation ou de l'achat média ciblé, l'annonceur restant "aveugle" sur une part encore importante de sa clientèle physique. C'est cette part qu'il s'agira de diminuer au maximum.

Pour y arriver, Temelio continuera à établir des partenariats avec des sociétés disposées à vendre leur data loguée : éditeurs, fournisseurs de data tierce, sites e-commerce, emailers… Un effort qui lui impose de gonfler ses effectifs, côté commercial comme R&D. "Nous sommes actuellement 14 collaborateurs dans la société et nous allons rapidement monter à 20", chiffre Nicolas Blandel.

Le spécialiste du CRM onboarding confie également ses ambitions internationales. Si le Royaume-Uni, verrouillé par Liveramp et Datalogix, semble inaccessible, Temelio a l'Europe du Sud et de l'Est dans son viseur. Nicolas Blandel évoque des pays comme l'Italie, la Pologne ou encore la Roumanie. "Nous espérons ouvrir un ou deux pays européen d'ici fin 2017, le temps d'y construire notre pool de data."

 

L'interopérabilité comme avantage concurrentiel

Dans un marché au niveau de complexité et de fragmentation élevé, Temelio mise sur l'ouverture de sa solution technologique pour se connecter à n'importe quelle plateforme du marché. "Nous sommes interopérables avec tous les DSP et DMP de la place, contrairement à une solution 'walled garden' (les environnements publicitaires fermés) comme Facebook", pointe Nicolas Blandel. Ce dernier se refuse toutefois à toute comparaison ou mise en concurrence avec les deux géants du secteur, Facebook et Google, préférant souligner la complémentarité de son offre. "Toute démarche d'évangélisation du marché va dans le bon sens. Facebook a par exemple habitué les marques à ouvrir leur base de données à l'onboarding." Temelio est devenu mi-octobre partenaire certifié de Google pour le compte duquel il se propose de mesurer la conversion offline des campagnes digitales. "Nous sommes directement connecté à la suite Doubleclick Digital Marketing."

Source : www.journaldunet.com